2018 dans le rétro / Les mondiaux de bodysurf à Oceanside

2018 dans le rétro / Les mondiaux de bodysurf à Oceanside

Compétition incontournable, les 42e mondiaux de bodysurf se sont tenus à Oceanside, du 18 au 19 août 2018. Cela restera comme un des événements marquants de l’année ! Environ 350 à 400 bodysurfeurs du monde entier se sont affrontés dans leurs catégories d’âge respectives et les Français ont marqué de leur empreinte cette compétition (c’est le moins qu’on puisse dire !).

La Triple Crown en guise d’apéritif

En amont de ce grand rendez-vous, la délégation fédérale française, composée par Paul Grieumard (champion du monde junior), Nathan Lehoux (champion de France) ainsi que Samuel Soria, s’était préparée en amont des mondiaux sur les spots de San Clemente et Newport Beach. Aidé par son partenaire DMC FINS, Nathan prend part au circuit comprenant trois compétitions californiennes, décrochant notamment une seconde place derrière l’Hawaïen Chris Kalima lors de l’International Surf Festival Bodysurfing Championships, organisé par le Gillis Beach Bodysurfing Association, la plus ancienne association de bodysurf au Manhattan Beach Pier.

Les leçons du French Professor paient !

Une semaine plus tard, lors du DMC Chubascos Huntington Beach Bodysurfing & Handplaning Championships, il remporte à la fois l’épreuve dans sa catégorie d’âge puis devient Grand Champion dans une compétition regroupant 195 bodysurfeurs and 51 handplaneurs ! Au final, Nathan remporte la Triple Crown californienne ! Le french crew arrive gonflé à bloc aux championnats du monde et va confirmer l’incroyable vitalité de bodysurf tricolore…Des vagues de 1.5 m attendent les compétiteurs, tubulaires au sud mais plus praticables au nord. Les Français parviennent à s’exprimer malgré les conditions difficiles avec un fort courant de sud balayant le Pier d’Oceanside. Chez les seniors, le titre mondial est à la portée de Paul Grieumard et Nathan Lehoux. En finale, il doivent néanmoins s’incliner face à Keali’i Sean Punley (Hawaï) mais Nathan devient vice-champion du monde et Paul monte sur la 3e marche du podium, le Californien Kevin Fink sauveteur du Los Angeles County – Ocean (CA) et membre de l’Open High Performance Squad de l’USLA prenant la 4e place. Historique ! Le club de Biarritz Sauvetage Côtier place ainsi deux de ses représentants sur ce podium planétaire, les dignes successeurs de Fred David (champion du monde) et John Despergers (champion d’Europe et vice-champion du monde).

 « French Style »

Pour leur première participation à une compétition internationale chez les seniors, Nathan et Paul démontrent quel le bodysurf français est parvenue à former une génération d’un niveau d’excellence. Ils ont pratiqué un bodysurf innovant, formés dans cet esprit par John Despergers, le « French Professor » du BSC. Ils tenté et réussi des front flips, des El rollos, des 360, des « French rolls » comme certains les dénomment désormais, surfer au curl ou engager des ARS. Ils ont été les seuls à faire cela avec certains hawaiiens. Ce résultat assoit encore plus le « French Style » porté à l’international par la génération des Jonhathan Despergers, Fred David et Joel Badina. Autre compétiteur, Samuel Soria se hisse en quarts de finale dans la catégorie seniors et doit son élimination à une erreur des juges. Il a soudé le French Crew et a joué un rôle essentiel dans la cohésion.

Interview de Nathan Lehoux

Nathan, tu es l’un des tous premiers à avoir participé à la Triple Crown. Peux-tu nous parler de cette expérience ?

La « Triple Crown » est composée de trois compétitions en Californie du Sud. Ces trois événements sont assez différents et ce sont elles qui ont en quelques sortes « structuré » mon voyage. Avec deux médailles d’argent et une première place, j’ai remporté cette « Triple Crown » californienne. Ces compétitions m’ont permis de faire beaucoup de rencontres et de progresser. Il me tarde une seule chose : y repartir !

Heureux de cette 2ème place à Oceanside, derrière l’Hawaiien Keali’i Sean Punley ?

Oui, carrément ! Mon objectif était d’atteindre la finale. Donc, la deuxième place, c’est encore mieux. Et faire une finale et monter sur un podium de championnat du monde avec un bon pote y’a rien de mieux !!

Peux-tu nous parler de l’ambiance au sein du French Crew ?

Juste parfait. On se connaissait déjà très bien avant de partir, donc passer une semaine avec des bons potes en Californie, on peut difficilement faire mieux…

Un mot pour JoëL ?

Question piège… Il y a beaucoup de Joel pour la French Crew, on a failli en laisser deux d’entre eux en Californie mais grâce à un certain « fantôme » héroïque, on a pu ramener la mascotte Jojo au bercail !

Interview de Paul GRIEUMARD

Paul, après ta victoire en 2015 en Junior, c’était ta première participation en Senior. Quelle fut ton impression ?

J’ai abordé cette compétition sans trop de pression, en étant super content de pouvoir bodysurfer aux Etats-Unis avec les meilleurs mondiaux. Comme tu dis, j’avais déjà gagné en junior donc j’avais dans un coin de ma tête pour objectif d’aller en finale en sénior cette année.

Tu complètes le podium à Oceanside avec Nathan et l’Hawaïen Keali’i Sean Punley. Un moment à part ?

C’est énorme ! Avec Nathan, on est super potes on se connaît depuis qu’on a 14 ans, on vient tous les deux du BSC, et ça montre le très bon niveau du bodysurf français qui rivalise avec Keali’i et la nouvelle génération hawaïenne coachée par les légendes de ce sport !

Alors ce French Crew ?

L’ambiance était tout simplement géniale ! À la fois relâchée ce qui nous a permis d’extérioriser dans les moments où la pression était forte, et en même temps consciencieuse avec des séances de stretching, d’échauffement et d’analyse du spot en commun. Un French Crew au top !

Interview de Sam SORIA

Peux-tu nous parler de cette expérience au sein du French Crew ?

L’expérience du French Crew, c’est en premier lieu rejoindre son cousin à des milliers de kilomètres de chez soi pour un voyage qui s’annonce riche en émotions, le voir performer, être fier de lui, puis retrouver la famille Grieumard, partager d’excellents moments, découvrir des supers spots (grâce à Patoche qui nous amené partout), écouter les conseils, essayer de progresser… « sharing is caring ».

Peux-tu nous parler du French Crew ?

Au sein du French Crew, l’ambiance pointait au beau fixe, de la motivation pour bouger sur les spots, entraide et solidarité sur les axes d’amélioration de chacun, des larmes de fous rires, du confort grâce à une organisation bien rodée par le coach, atout plutôt appréciable pour nos deux jeunes qui ont cartonné lors des World. Prêt à réitérer cette expérience dès l’an prochain avec plaisir !

Un mot pour Joël ?

Joël, Joël, Joël, que dire de Joël, Il nous a rejoint en cours de route, mais à parfaitement su s’intégrer, quel pilier fondateur. Bien qu’il ait failli trépasser quelques fois, ce vaillant gaillard a été un excellent rider. En somme, au-delà de sa bienveillance sans faille, Joël incarne clairement la French Touch de ce trip.

Propos recueillis par Patrice Grieumard (finaliste chez les masters 🙂 )

Photo Joel Gitelson